Forum du Cheikh Hamza Van Osselt.

Forum du Cheikh Hamza Van Osselt. Formation continuée, questions et évènements.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Réflexion sur le Ramadan

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 44
Date d'inscription : 28/10/2012

MessageSujet: Réflexion sur le Ramadan   Dim 28 Juil - 8:41

Intervention « Le Ramadan Pilier de l'Islam »

Introduction:
"C'est le début du mois de Ramadan pour les musulmans. Ils doivent s'abstenir de boire et de manger du lever jusqu'au coucher du soleil."
Cette phrase, qui d'entre nous ne l'a jamais entendu, à la télévision, à la radio... ou lu dans les journaux. "Mais cela doit être dur, comment vous faites? Je ne pourrais pas...". Cette remarque fait également partie des grands classiques que les musulmans entendent régulièrement, à l'approche, pendant ou après le mois sacré du Ramadan.
Force est de constater que l'opinion publique, en très grande majorité, focalise toujours (il faut dire qu'on ne lui offre pas beaucoup d'alternative) sur le "Comment?" du Ramadan et non sur le "Pourquoi?". Malheureusement, c'est aussi trop souvent le cas pour de nombreux frères et sœurs. Dès leur plus jeune âge, le Ramadan s'est résumé à se lever à 4 heure du matin pour manger, se priver de boisson et de nourriture pendant la journée et manger le soir après le couché du soleil. Il n'est pas étonnant qu'ils ne savent pas pourquoi ils jeûnent ; certains ont d'ailleurs abandonné cet important pilier de l'Islam.
Dans sa sagesse infinie, Allah a prescrit à Ses créatures les règles inaltérables leur assurant une vie digne dans ce monde et la félicité dans l’Au-delà. Parmi ces règles, figure le jeûne qu’il a ordonné aux communautés successives de croyants. Loin de se réduire à l’abstinence alimentaire, le jeûne exige de l’homme la mobilisation de tout son être. L’observation extérieure des règles du jeûne doit s’accompagner d’une maîtrise des sens et plus particulièrement de la langue.
L’exercice spirituel que représente le jeûne doit démontrer à l’homme sa capacité de se priver pour un temps de ce qui lui semblait indispensable. Il doit lui révéler que, dans ce domaine, comme dans bien d’autres, vouloir, c’est pouvoir, à condition que l’intention soit ferme et que le but recherché soit l’agrément d’Allah.
Le but d’un tel acte d’adoration a été clairement défini comme la recherche de l’état de crainte révérentielle de Dieu (la piété) critère de supériorité d’un individu sur un autre. Cette qualité ne se mesure que par celle des œuvres qui en sont les témoins. L’école du jeûne est sans équivalent et doit amener à faire taire en chacun la tendance à la domination des autres, l’ostentation, la crainte d’autre que Dieu et toutes les formes insidieuses de l’appel du diable, seul véritable ennemi du genre humain.
Le diplôme sanctionnant le mois du jeûne est une somme de vertus nourrissant le croyant durant le court séjour terrestre qui, rappelons-le, est une somme d’épreuves à laquelle seul le retour à Dieu mettra fin.











2
L'instauration du jeûne de Ramadan

Le jeûne du mois de Ramadan constitue la quatrième des cinq piliers de l'Islam.. L'obligation de jeûner a été instaurée pour les musulmans, dans la seconde année de l'Hégire, par la révélation de ce verset du Coran: «Ô les croyants! On vous a prescrit as-Siyam [le jeûne] comme on l'a prescrit à ceux d'avant vous, ainsi atteindrez-vous la piété» (Sourate 2, verset 183).
Il est accompli durant le 9ème mois lunaire hégirien.

Le jeûne n'est pas quelque chose de nouveau. Personne ne sait depuis quel descendant d'Adam (Que la paix soit sur lui), le premier homme musulman, la prescription du jeûne a commencé. Mais nous savons que c'était une pratique commune à tous les prophètes. Moussa (Moïse) et 'Aïsa (Jésus), que la paix soit sur eux, avaient pour habitude de jeûner 40 jours. Daoud (Que la paix soit sur lui) jeûnait un jour sur deux, d'après le prophète Mohammed. Lui, avant la révélation, avait pour habitude de jeûner 3 jours par mois et le jour de 'Ashûrâ et ordonnait aux musulmans de faire pareil.

Le verbe arabe sâma, duquel dérive le nom siyâm, signifie s'abstenir complètement de manger, de boire, voire de parler ou de faire quelque chose.
Comme devoir religieux, le siyâm veut dire le jeûne complet de l'aube au coucher du soleil. La personne en état de jeûne ne peut ni manger, ni boire, ni avoir de rapports sexuels avec son conjoint. Ce devoir religieux incombe à la personne musulmane, pubère et douée de raison.
Les conditions requises pour la validité du Siam sont les suivantes : à savoir, avoir atteint l'âge de la puberté (12/14 ans), être doté de ses facultés mentales, de sa raison, avoir l'intention intime de l'accomplir, ne pas être atteint d'une maladie temporaire ou incurable et ne pas être pour la femme en période de menstruation ou de lochies.
Les choses ou actes susceptibles d'invalider le Siam sont le fait de manger, boire, commettre l'acte sexuel ou tout ce qui provoque la sortie de sperme, mentir, couper son jeûne en pensant que le moment de rupture était arrivé alors que ce n'était pas le cas, avaler quoique ce soit. Sont tolérés les actes suivants : le fait d'avaler sa salive, de se parfumer, de subir les fumées (pollutions...), de se rafraichir (à condition de ne rien avaler et de ne pas exagérer)...
Les choses détestables (i.e. à éviter) pendant le jeûne (makrûhât as-siyâm) :
1. Le baiser et tout préambule de l’acte sexuel tels que les accolades, les caresses et le regard, si tant est que cela excite l’individu.
2. Les échanges d’insultes, d’injures et de sobriquets.
3. Le rinçage de la bouche et du nez sans raison.
Deuxièmement, les choses permises sont :
Les piqûres intraveineuses et sous-cutanées ne rompent pas le jeûne si elles sont curatives. Mais si elles sont nutritives et anesthésiantes alors, naturellement, elles rompent le jeûne à une divergence près pour Ibn Taymiyah qui autorisait les piqûres intraveineuses et sous-cutanées dans l’absolu.
Par ailleurs, n’est pas cause de rupture du jeûne tout ce qui atteint l’appareil digestif par une voie non originelle comme le fait de mettre du kohl dans l’œil, de toucher l’œil ou d’y mettre du collyre ou d’en mettre dans les oreilles, l’application d’huile et de héné sur les cheveux - même si leur goût se ressent dans la bouche car il y est arrivé par l’intermédiaire des pores et non par la voie originelle (i.e. la bouche). On narre d’après Aicha - qu’Allâh l’agrée - que : "Le Prophète a mis du kohl pendant le Ramadan alors qu’il jeûnait." De même, le vomissement involontaire ne rompt pas le jeûne car la personne n’a pas fait exprès. Mais, si au contraire la personne s’est faite vomir volontairement, alors son jeûne est rompu. A ce sujet Abû Hurayrah narre que le Prophète - paix et bénédictions d’Allah sur lui - a dit : "Celui qui vomit malgré lui ne doit aucune compensation et que celui qui vomit volontairement refasse son jeûne."
Pour chaque jour non jeuné pour une excuse valable, l'individu se doit de compenser le ou les jours, ultérieurement. Par contre, pour la personne atteinte d'une maladie incurable, elle est dispensée, définitivement et pour les jours non jeuné, elle doit s'acquitter de la Fidya, une compensation financière, dont le montant correspond à un repas, de la nourriture, la plus courante.
Pour tout jour non jeûné pour une raison non valable, le Prophète SAW nous a appris par un hadith que ce manquement demande expiation à savoir que pour chaque jour non jeûné, la personne devra faire un jeûne de 60 jours consécutifs ou nourrir 60 pauvres ou affranchir un captif.
Le Messager d’Allah dit, dans un hadith transcendant qu’il relate d’après son Seigneur : "Allah dit : « Toute œuvre accomplie par le fils d’Adam lui revient sauf le jeûne, lequel M’appartient et Je donne sa rétribution. Il y abandonne sa nourriture et sa boisson pour Moi »

En réalité, toutes les œuvres reviennent à Dieu étant donné que le Noble Coran dit : "Je n’ai créé les djinns et les hommes que pour qu’ils M’adorent. Je ne cherche pas auprès d’eux une subsistance ; et Je ne veux pas qu’ils me nourrissent. En vérité, c’est Allah qui est le Grand Pourvoyeur, Le Détenteur de la force, l’Inébranlable." (Sourate 51 Qui éparpillent (Ad-Dariyat) , versets 56 à 5 )

Cependant, le présent hadith transcendant rapporté par le Prophète d’après son Seigneur : "Toute œuvre accomplie par le fils d’Adam lui revient sauf le jeûne" car toutes les autres œuvres sont sujettes à l’ostentation et au m’as-tu-vu du fait qu’il s’agit d’œuvres apparentes et visibles.
On peut ainsi voir les prières, leurs inclinations, leurs prosternations et la présence dans les congrégations. L’aumône légale se voit par les biens au moment de leur versement aux ayants droit. Le pèlerinage se voit également par le voyage, les tournées autour de la Kaaba et la station de `Arafah, etc.

Le jeûne quant à lui comporte des aspects intérieurs occultés au regard, des aspects cachés que nul ne sonde sauf Allah. C’est pourquoi Dieu déclara le jeûne véridique et exclusif comme étant une œuvre purement vouée pour Sa Face et dont la rétribution est généreusement démultipliée si bien que Dieu submerge Son Serviteur des flots de Sa miséricorde et de Son bienfait. Il se peut que le hadith évoque cette raison dans la phrase : "Il y abandonne sa nourriture et sa boisson pour Moi."

Commentant ce hadith, Abû Hâmid Al-Ghazâlî, dit : "Deux raisons expliquent pourquoi le jeûne revient exclusivement à Allah, et est honoré en ce qu’il Lui est directement attribué — bien que toutes les œuvres Lui soient vouées — exactement comme la Maison Sacrée est honorée — alors que la terre entière Lui appartient.

Premièrement, le jeûne est une abstention et, en même temps, c’est une œuvre secrète que personne ne peut constater, alors que toutes les autres œuvres cultuelles sont accomplies au vu et au su d’autrui. Le jeûne, lui, n’est visible que de Dieu, il se passe dans le for intérieur où s’exerce une patience pure.

Deuxièmement, il revient à dominer l’ennemi de Dieu. Les passions et les désirs sont, en effet, l’arme favorite de Satan. Celles-ci se renforcent par la nourriture et la boisson. Aussi, le Prophète dit : "Le diable envahit le fils d’Adam comme le sang parcourt ses veines, rétrécissez donc les voies qu’il emprunte par la faim."

Le Prophète dit : "Celui qui jeûne le mois de Ramadan avec un cœur empli de foi et de constance envers Dieu verra ses péchés passés pardonnés."

Ce hadith indique que le Ramadan est une occasion pour revenir à Dieu, implorer Son pardon et se repentir à Lui de nos faux-pas et de nos péchés. Lorsque l’individu s’engage dans le mois de Ramadan et le jeûne de manière exclusive et totalement vouée à Dieu, repentant de son péché et armé de sa foi, Dieu l’absout de ses péchés passés.

Les péchés pardonnés sont ceux qui concernent l’individu et son Seigneur. Les péchés qui relèvent des droits des autres humains doivent être réparés auprès des personnes lésées tant qu’elles sont encore vivantes et que l’individu est capable de s’en acquitter. Les Imâms ont en effet indiqué que le repentir est conditionné par le regret et l’abandon du péché, la volonté ferme de ne plus y retomber et la restitution des droits à qui de droit. Celui qui jeûne le Ramadan avec foi et sincérité doit nécessairement s’être repenti de manière sincère.

L’Islam est une religion égalitaire. Tous les êtres vivant sur cette terre sont égaux devant Dieu ; le seul critère que Dieu applique pour les différencier est celui de la piété et cela est d'autant plus vrai pendant le mois de Ramadan ou, quelle que soit sa catégorie sociale et sa richesse, le jeûne est obligatoire pour le croyant. Pendant le mois de Ramadan, le croyant cherche à être pardonné pour ses péchés ; s'il n'est pas fortuné, le pèlerinage lui est difficile, ce qui n'est pas le cas pour une personne aisée. Le hadith (parole du prophète) ci-dessous confirme bien ce signe de clémence et de miséricorde de Dieu.
Sahih Al-Boukhari. Volume 3, Livre 31, Numéro 125 - Rapporté par Abou Hourayrah :
Le prophète Mohamed a dit : "...celui qui jeûne pendant le mois de Ramadan avec une foi sincère et la volonté de gagner le pardon de Dieu, alors tous ses précédents péchés seront pardonnés."
Le Ramadan unie les musulmans, qui sont tous frères et sœurs devant Dieu, désirant sincèrement être pardonnés de leurs péchés. Mais n'oublions pas une chose, le jeûne pendant le mois de Ramadan est un pilier de l'islam ; c'est donc quelque chose de très important. Il est le seul pilier qui englobe tous les autres car :
Pour pouvoir jeûner et voir son jeûne agréé, il faut être musulman et par conséquent, avoir dit le témoignage de foi,
Un musulman sincère fait la prière régulièrement. Ainsi, ne pas prier pendant le Ramadân, mois pendant lequel on se rapproche de Dieu, reviendrait à remplir un seau troué avec une cuillère!
La Zakat est une taxe pour les musulmans qui en ont les moyens ; elle permet, à un certain niveau, de réduire les inégalités. Pendant le mois de Ramadân, le croyant doit également s'acquitter d'une taxe avant ou le jour de la fête de fin du Ramadân (Aïd al-Fitr).

Le pèlerinage permet de se purifier et de se faire pardonner de tous ses péchés ; jeûner de manière sincère pendant le mois de Ramadan a le même résultat.



Al Ghazali nous dit qu'il existe trois niveaux de Jeûne : celui du corps, de l'esprit et du cœur
Le Jeune du corps en s'abstenant de manger, de boire et d'avoir des rapports sexuels de l'aube au coucher du soleil. Le Jeûne de l'esprit par l'abstention des péchés de l'ouïe, de la vue et de la parole afin de se rapprocher d'Allah et d'avoir une conscience plus aigüe du mal pour l'éviter.
Le Jeûne du cœur en s'écartant de toute préoccupation de la vie terrestre pur que chaque pensée aille vers Allah. C'est le Jeûne des Prophètes, des Justes et des alliés d'Allah.
Al Ghazali enseigne aussi qu'il ne faut pas dormir pendant le jour, qu'il faut rester sobre la nuit, et ne pas manger et boire avec avidité dès le coucher du soleil , si l'on veut que le Jeûne garde son vrai sens qui est de combattre les passions et de se rapprocher d'Allah.

 






La Nuit du mérite et la descente du Saint Coran.

Le mois de Ramadan, c'est un moment historique. En effet, c'est pendant ce mois que le Coran a été descendu au cours d'une nuit, appelée Nuit du Mérite (Laylat-ul Qadr), comme l'indique le verset, de la sourate La Vache : »...(Ces jours sont) le mois de Ramadan au cours duquel le Coran a été descendu comme guide pour les gens, et preuves claires de la bonne direction et du discernement. Donc quiconque d'entre vous est présent en ce mois, qu'il jeûne ! Et quiconque est malade ou en voyage, alors qu'il jeûne un nombre égal d'autres jours. - Dieu veut pour vous la facilité, Il ne veut pas la difficulté pour vous, afin que vous en complétiez le nombre et que vous proclamiez la grandeur de Dieu pour vous avoir guidés, et afin que vous soyez reconnaissants ! ... »
An-Nassa’i et Al Hakim ont rapporté, d’après Ibn Abbas, que le Coran est descendu, entièrement, vers le ciel le plus bas, lors de la Nuit du Mérite, puis il est descendu, fragmenté, sur le Prophète SAW, durant une vingtaine d’années.(23). C'est, aussi, lors de cette nuit que furent révélé les 5 premiers versets du Coran au Prophète Mohamed SAW, il s'agit des 5 permiers versets, de la sourate
L’Adhérence: »... Lis, au nom de ton Seigneur qui a créé, qui a créé l'homme d'une adhérence. . Lis ! Ton Seigneur est le Très Noble, qui a enseigné par la plume [le calame], a enseigné à l'homme ce qu'il ne savait pas. .. »



Cette nuit est d'autant plus particulière puisqu'elle vaut plus que mille mois (voir verset ci-dessous) soit environ 83 ans! Comme nous l'enseigne la sourate La Destinée: »Nous l'avons certes, fait descendre (le Coran) pendant la nuit d'Al-Qadr. Et qui te dira ce qu'est la nuit d'Al-Qadr ?
La nuit d'Al-Qadr est meilleure que mille mois. Durant celle-ci descendent les Anges ainsi que l'Esprit, par permission de leur Seigneur pour tout ordre. Elle est paix et salut jusqu'à l'apparition de l'aube.



Dieu invite tous les musulmans à rechercher cette nuit et à lire le Coran, faire des invocations, demander pardon, etc. Dieu et son messager sont les seuls à savoir quand est cette nuit. La seule indication laissée par le prophète Mohammed est qu'elle a lieu un jour impair et dans les 10 derniers jour du mois de Ramadan (i.e. 21, 23, 25, 27 ou 29). Cette imprécision est volontaire car le musulman ne doit pas se contenter de prier durant cette nuit mais doit être présent durant tout ce mois qui lui servira de "modèle" pour le reste de l'année.
Le prophète (SAW) dit: «Toutes les fautes passées sont pardonnées à celui qui passe la nuit du Destin en veillée pieuse avec foi et espoir de récompense» (Moslim).
Le prophète (SAW) dit: «Cherchez la nuit du Destin parmi les nuits impaires de la dernière décade du mois de Ramadan» (Boukhari). [c'est à dire la nuit dont le lendemain correspond au 21, 23, 25, 27 ou 29 de Ramadan]


Des bonnes œuvres pendant Ramadan


La charité
Le prophète (SAW) dit:
«La meilleure charité est celle accomplie pendant Ramadan» (Tirmidy)
«Qui donne à manger ou à boire à quelqu'un qui jeûne, d'un bien licitement acquis, les anges ne cessent de prier pour lui durant Ramadan. L'archange Gabriel prie pour lui la nuit du Destin» (Boukhari)

La prière des Tarawih
Le prophète (SAW) dit: «Qui se lève pour prier pendant les nuits de Ramadan, avec foi et en comptant sur la récompense divine, Dieu pardonne ses fautes passées». (Boukhari & Moslim)

La lecture du Coran
Le prophète (SAW) redoublait la récitation du Coran, pendant le mois de Ramadan. Gabriel descendait réciter avec lui. (Boukhari).
Le prophète (SAW) dit: «Le jeûne et la prière de Ramadan intercéderont pour l'homme le jour de la résurrection. Le jeûne dira: « Seigneur! Je l'ai empêché de boire et de manger pendant le jour». Le Coran dira: « Seigneur! Je l'ai empêché de dormir la nuit » « Accepte notre intersession pour lui!» ». (Ahmed & Nassai)

La retraite spirituelle (I'tikaf)
Elle consiste à garder la mosquée dans un esprit de dévotion pour plaire à Dieu. Le prophète (SAW) a fait la retraite la dernière décade de Ramadan et ne cessa de la pratiquer, jusqu'à sa mort. Il dit: «La mosquée est le refuge de tout homme pieux. Dieu a promis à celui qui y fait sa retraite de lui accorder sérénité et miséricorde, de le faire traverser le Sirat [pont jeté sur l'Enfer] pour le faire parvenir à Sa grâce au Paradis» (Tirmidy).

Des pratiques recommandées de Ramadan


Rompre le jeûne aussitôt que le soleil se couche
Le prophète (SAW) dit: «On ne cesse d'être dans la bonne voie tant qu'on s'empresse de rompre le jeûne». (Boukhari & Moslim)

Invoquer Dieu au moment même de la rupture du jeûne
Le prophète (SAW) dit: «N'est pas repoussée la demande faite par le jeûneur au moment de la rupture de son jeûne» (Ibn Majah)
Le prophète (SAW) faisait l'invocation suivante: « Au nom d'Allah! Ô mon Dieu! J'ai jeûné pour Toi et j'ai rompu avec ce que Tu m'as donné! [Bismillah! Allahoumma laka soumtou wa 'ala rizqika aftartou!]». (Abou Daoud)

Prendre le Sahour et le retarder
Prendre un dernier repas « Sahour » en fin de nuit, à l'approche de l'aube sans toutefois s'alimenter au delà du Fajre. Le prophète (SAW) dit: «Le Sahour est tout entier bénédiction; ne le délaissez pas. Prenez en ne serait-ce qu'une gorgée d'eau car Allah envoie Sa miséricorde et les anges demandent le pardon pour celui qui fait ce repas». (Ahmed)




Enfin n'oublions pas que le Jeune de Ramadan vit la révélation des premiers versets du Qor'an durant la nuit de la valeur qui se situe dans les 10 dernières nuits impaires de Ramadan.
Le Siam constitue la meilleure expiation des fautes commises durant l'année, il exerce le fidèle à la patience, l'auto-discipline et aide à fortifier la foi. Il habitue la communauté à la solidarité et à l'amour de la Justice, il suscite en elle la charité et la compassion, la fraternité et l'amour loin de tout égoïsme et de tout matérialisme. Le mois de Ramadan fut honoré par Allah Taâla comme étant le mois de la patience, de la miséricorde, du pardon et le mois de la révélation du Qor'an. Il est demandé de se consacrer plus que d'habitude au recueillement et au culte d'Allah, par la récitation et la lecture du Qor'an, la lecture des hadiths, la présence aux prières de TaraouiH.
En effet, c'est cette atmosphère de paix, de piété et de pureté qui amène le fidèle à améliorer ses qualités morales et à rectifier ses erreurs. Le Jeûne n'est nullement une nouveauté pour l'Islam car il existait dans les religions d'antan.
Le Prophète (saw) a dit "l'aumône purificatrice du corps est le siam", dans un autre hadith "Jeûnez et vous acquerrez la santé". Il est un repos qu'on assigne à l'appareil digestif, il débarrasse le corps de parasites, assainit les intestins. Allah a dit "Toute bonne action est pour le Fils d'Adam (l'homme) excepté le Jeûne qui est pour Moi, et c'est Moi qui le récompense". Le Prophète (saw) a dit "C'est un mois où vous êtes les Invités d'Allah et Ses honorés". Alors dites moi : Comment refuser une telle invitation ?


 



Ainsi, il est d'une grande importance pour les musulmans de jeûner. Nous pouvons conclure avec une parole du prophète Mohammed :
"Si les croyants avaient véritablement conscience de la bénédiction qu'il y a dans le fait de jeûner durant le mois de Ramadan, ils souhaiteraient que ce mois dure toute l'année."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hamzavanosselt.bbconcept.net
 
Réflexion sur le Ramadan
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Réflexion sur les mouvements de forme ...
» Soirée orientale Fin du Ramadan au Shabbaz, Châlons 51000
» [JEU : Flash] COLLAPSE : Jeux de réflexion [Gratuit]
» [Ramadan, Tariq] Mon intime conviction
» Aurions-nous atteint le seuil de la réflexion ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Cheikh Hamza Van Osselt. :: Ramadan-
Sauter vers: